My favorite links

articles non publiables

En traversant un village enneigé, une Rolls Royce dérape, heure un mur et se trouve sérieusement endommagée. Le conducteur sort furieux : 
- Zut ! Un mois de salaire envolé ! 
En attendant les secours, il assiste à l'accident identique d'une Porsche dont le conducteur, en sortant du véhicule, s'exclame : 
- Flûte ! Deux mois de salaire envolés ! 
Soudain, les deux accidentés voient arriver une 2 CV qui, n'arrivant pas à freiner, heurte la Rolls et s'écrase sur la Porsche. Le conducteur en sort hébété et gémit : 
- Deux ans de salaire envolés ! 
Les deux autres se regardent et commentent : 
- Il faut vraiment être fou pour acheter une voiture aussi chère ! 

 

J'étais sur l'autoroute quand je décidai de m'arrêter dans une halte routière pour aller aux toilettes. 
La première toilette était prise, j'entre donc dans la deuxième. A peine suis-je assis que j'entends une voix qui vient de l'autre toilette : 
- Salut, comment ça va ? 
Je suis pas trop du genre à fraterniser dans les toilettes des haltes routières. Je sais pas trop ce qui m'a pris, mais enfin, je réponds, un peu embarrassé: 
- Euh... ça va... 
Et l'autre qui poursuit : 
- Et qu'est-ce que tu fais de beau ? 
Tu parles d'une question ! Je commençais à trouver ça un peu bizarre, 
Mais je lui dis: 
- Ben, chuis comme toi... Je fais caca... 
Et là, j'entends le gars dire, tout énervé : 
- Écoute, je te rappelle plus tard, y'a un couillon à côté qui répond à Toutes mes questions !!! 

 

Trois potes discutent de leurs voitures :
Le premier dit "Et bien moi dans ma nouvelle BMW j ai l'air conditionné "
Le deuxième lui se vente aussi "Moi dans mon Astra OPC j ai l'Air Bag "
Et enfin le troisième "Et bien moi dans ma Lada j ai l'air...CON "

 

 Pourquoi les Lada sont-elles des voitures pour quatre personnes ? 
Parce qu'il y a la place pour une personne au volant, et pour trois qui poussent.

Comment fait-on pour avoir des pièces détachées pour une Lada ?

Il suffit d'en suivre une autre.

Quelle est la différence entre une Lada et le Sida ? 
Essaye toujours de refiler une Lada à quelqu'un !

Qu'est-ce qu'une Lada décapotable ? 
Un oubli de la chaîne d'assemblage.

Ils ont sorti un nouveau modèle de Lada avec 4 pédales !
Une pour l'embrayage, une pour le frein, une pour l'accélérateur et une pour gonfler l'airbag 

Une Lada peut faire 300 000 bornes avec le même train de pneu avant. 
Logique, il est toujours à un mètre au dessus de la route.. derrière la dépanneuse.

Quelle est la différence entre une Lada et une poubelle ronde ? 
Couchée sur le côté, une poubelle ronde peut rouler !

Slogan de Lada : 
" Rien n'arrête une Lada - pas même ses freins.

 

Un homme va chez son concessionnaire et lui demande:
-Je voudrais un essuie-glace pour ma Lada.
Le vendeur reflechit quelques instants, puis declare:
-Ouais, c'est un bon "deal"...

 

Un gendarme fait stopper une automobiliste :
- Vous n'avez pas vu le feu rouge ?
- Si si. C'est vous que je n'avais pas vu !

 

C'est un routier belge qui se trouve à l'arrêt devant un tunnel limité a 4m en hauteur, son camion mesurant 4m10 il ne passe pas . Un deuxième routier passablement énervé parce que ça fait vingt minutes qu'il attend que l'autre s'en aille lui tient à peu près ce langage (ce n'est pas de moi): - &6#@@ !! -> injure classique L'autre lui explique que le tunnel est trop bas de 10 cm Puis celui qui attend répond: - Eh bien c'est simple, tu dégonfles tes pneus et tu passes. Après une longue compilation le belge rétorque: - C'est pas bête mais c'est en haut que ça ne passe pas, pas en bas !!

 

Aux Etats-Unis, un gars est en voiture sur l'autoroute lorsqu'il arrive à un bouchon de circulation.
À un moment donné, quelqu'un frappe à sa vitre. Le chauffeur la descend.
Il demande:
- Qu'est-ce qui se passe?
L'autre gars dit:
- Des terroristes ont pris Doubleyou Bush en otage et ils demandent 1 million de dollars sinon ils l'arrosent d'essence et ils jettent une allumette dessus. Alors vous comprenez, on passe à chaque auto pour ramasser des dons.
Le chauffeur demande:
- Et combien les gens donnent?
L'autre gars dit:
- Environ 5 litres...

 

C'est un belge qui pousse sa Mercedes toute neuve sur l'autoroute. Un gendarme s'arrête et lui demande quelle est la panne. "Non, elle n'est pas en panne", répond le belge, "elle est neuve, mais le garagiste m'a dit, pendant le rodage, vous roulez à 50 km/h en ville et vous la poussez un peu sur l'autoroute. Alors c'est ce que je fais !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA VENGEANCE EST UN PLAT

Par Jérémy Erismann

 

La route appartient à tout le monde, c’est bien connu, mais devant la grise impératrice bitume, certains sont plus égaux que d’autres. Cette nouvelle rubrique a donc pour but de conter vos expériences insolites, surprenantes ou même hallucinantes. A vos claviers donc si vous souhaitez voir votre prose publiée sur AutoPress.

 

Expérience vécue par Jérémy Erismann

 

Je vais vous raconter une drôle d’histoire qui m’est arrivée il y a plusieurs années de ça et qui est une belle illustration de la bêtise trop souvent répandue chez nos concitoyens. Je ne sais pas bien si cette introduction était nécessaire, je sens que je commence à me répéter, mais ça fait toujours du bien de commencer par un petit crachat de venin.

 

À l’époque, j’étais aux commandes d’une VW Polo SDI un peu poussive, mais qui me rendait de fiers services dans un confort bien plus qu’acceptable. En ville les jours d’été, le toit ouvrant en tissu faisait des merveilles et sur l’autoroute, elle flirtait avec les 140 en toute décontraction. Je repense à toi, Petula. (Je l’appelais Petula, mais de loin.)

 

L’histoire commence lors d’un retour de Mons vers Bruxelles, à la nuit tombée. Nous n’avions pas encore d’enfant à l’arrière (Petula n’a jamais vu Robin) et nous roulions avec toute l’insouciance qu’on peut avoir quand on n’a que son cul à chauffer le froid venu.

 

Je déteste les incivilités au volant, ça ne veut pas dire pour autant que je ne fais jamais d’excès ou de bêtise. Ça veut juste dire que quand j’en fais une, je m’en rends compte. À la fois c’est peu, à la fois c’est déjà beaucoup. Là, je dépassais mollement un véhicule - un petit vieux à tous les coups - qui faisait du 120 pile sur la bande de droite. Sur la E19, de larges portions de l’autoroute sont à deux bandes uniquement.

 

 Je devais rouler à du 130 pour dépasser le cacochyme des voies carrossables et j’entendais le faire à mon rythme. Dans mon rétroviseur, je vois au loin, loin derrière moi une toute petite paire de phares me faire des appels. Le temps que je réalise, une Porsche me collait déjà aux basques sans jamais avoir interrompu son matraquage d’appels de phares. À vue de nez, il avait dû arriver à ma hauteur à la vitesse d’un photon éjecté par un trou noir, ce qui fait très vite, vous pouvez me croire sur parole.

 

Je dois ici reconnaître deux choses. Primo, j’aime pas qu’on me pousse. Deuzio, il arrivait vraiment beaucoup trop vite. Avec le recul, je me dis que le Porschiste moyen doit estimer que son utilisation potentiellement plus extensive de l’asphalte communautaire lui donne le droit de demander aux abrutis devant lui de se pousser quand il arrive. « Ôte-toi de là que je passe. » J’étais encore en plein phase de dépassement (un dépassement lent, je le rappelle) quand il s’était mis à m’abreuver de lumière. En plus, les phares de Porsche, c’est pas les petits modèles jaunes qu’on trouvait sur les R5 en France début des années 80. Elles vous ont une de ces paires de spots dix mille watts que sans protection d’indice 50, on risque l’insolation. J’aime pas qu’on me pousse, c’est tout.

 

Je prends donc sur moi de faire ma tête de con et une fois que j’ai complètement dépassé mon petit vieux, je me rabats lentement. Très lentement. Très, très, très lentement. Le Porscheux manque de faire sauter sa batterie deux fois tant il actionne ses feux de route. L’inéluctable finit pourtant par se produire, je le laisse passer. Le sang du Porschique ne fait qu’un tour, il allait avoir ma peau, il allait la récupérer sur mon corps encore agonisant avant de la tendre pour s’en faire un canoë avec. Il allait m’arracher les tripes, me couper les… Enfin, il était très fâché. Ce que je peux comprendre, je l’avais un peu cherché. Il se colle devant moi, il ralentit, forçant au passage trois ou quatre voitures à nous dépasser en catastrophe, et il joue du frein et de l’accélérateur.

 

Je peux être mauvais sur la route, mais je ne suis pas débile pour autant. Vous ne me verrez jamais tenter de rivaliser avec une grosse cylindrée, je n’engage pas des duels perdus d’avance. Pour toute réponse, je lui colle mes grands phares à moi dans la tronche, cinq secondes pas plus. Ça le rend fou de rote, il repasse la deuxième, je crois. Je subis, je savais bien que je pourrai ni le dépasser ni m’en dépêtrer. Je m’apprête tout juste à m’arrêter sur le bord de la route pour dire ma façon de penser à ce cuistre avec au ventre l’espoir qu’il n’était ni troisième dan de karaté ni responsable d’un cartel mafieux albanais.

 

Mais non, il a fini par se lasser et m’abandonner à ma misère. Bien content que j’étais d’avoir mis les abeilles à un ahuri, mais frustré tout de même d’en avoir été réduit à attendre que le sort s’abatte sur moi. Il faut parfois faire contre mauvaise fortune bon cœur.

 

J’ai continué ma route vers mon foyer à la même cadence, un petit 130 pour dire de. Quelques kilomètres plus loin, je revois ma Porsche en train de bloquer le même modèle de Polo bleue à grands coups de freins.

 

Au jour d’aujourd’hui, je n’ai que deux choses en tête. Pour commencer, l’autre con de gros cylindré a dû se dire : « Ah le petit enculé, quand est-ce qu’il m’a doublé, putain ? Il vient me narguer avec sa caisse payée à crédit, ce con ? Je vais lui montrer qui c’est le chef. Mais comment il a fait, putain ? Oh, il va le payer. » Je vous passe mes commentaires sur la question. Ensuite, je me demande ce qu’a bien pu se dire l’innocent conducteur de l’autre Polo : « Mais il est fou, ce type ? »

 

Je suis passé à côté d’eux à du 170, le Porschien devait être tellement occupé à mettre la bourre à l’autre qu’il n’a pas dû me voir : je n’ai plus jamais eu de ses nouvelles.

Étonnant, non ?

7 façons foireuses de faire connaître son blog



Par Eric,
26 février 2009 à 11:18 :: Blogs
Votez pour cet article
et faites-le connaître
Buzzer !



On m’a demandé récemment à plusieurs reprises « quels conseils un blogueur aguerri pouvait donner à un débutant » pour faire connaître son blog et attirer rapidement des lecteurs.

Ce sujet ayant déjà été traité mille fois et de mille façons sur le web, et comme j’ai un peu l’esprit tordu, j’ai pensé naturellement aux mauvaises façons de faire connaître un blog, auxquelles nous avons certainement tous été confrontés un jour ou l’autre. C’est vrai, il y a vraiment des gens sans scrupules en ce bas monde, prêts à tout pour atteindre amour gloire et fortune.

1. faites un billet ou vous vous payez la tronche de deux ou trois blogueurs connus. Cassez, critiquez, voire insultez leur mère (ou leur soeur), le tout avec une bonne dose de mauvaise foi. Vous attirerez 2 sortes de lecteurs : les aigris-jaloux qui seront trop contents de taper sur la tronche un blogueur dit « influent », et les blogueurs visés par votre article. Et si ces derniers ont un peu d’humour (ou le cuir dur), vous atteindrez la consécration suprême : un article sur leur blog, et le backlink tant espéré. Un grand classique, mais ça marche toujours. Alternative : faites plein de billets en mode fayot où vous criez votre admiration pour lesdits blogueurs.

2. spammez les digg-like comme un malade. Vous vous ferez certainement assez rapidement blacklister (j’ai encore viré un lourdaud ce matin) mais le temps que le webmaster du site s’aperçoive de votre diarrhée de liens, vous aurez gagné un peu de visibilité. Pensez à prendre un Imodium, après.

3. spammez les commentaires de blogs. La méthode la plus simple : sélectionnez les 10 blogs les plus lus, si possible ceux offrant des liens sans « no follow » et à chaque nouvel article, postez un très anodin « super article, merci », suivi de votre url. En plus, le blogueur connu aime être flatté, alors hein.

4. envoyez un, puis deux, puis trois emails à un blogueur connu pour lui présenter votre blog. S’il ne répond pas, insistez, harcelez-le, envoyez-lui plusieurs mails par jour. Et s’il ne répond toujours pas (et que votre blog existe encore), ou s’il vous répond poliment qu’il ne pourra pas chroniquer votre blog dans le sien, répondez-lui avec une grosse insulte, voire menacez-le (ou menacez de vous en prende à son chat). Ca devrait marcher. Enfin normalement.

5. parlez de Laure Manaudou (je sais, je l’ai fait, et c’est le jour où Presse-citron a enregistré son record absolu de visites, personne n’est parfait) ou de Rachida Dati, nues de préférence. Même si votre blog traite de cuisine ou de développement Ajax/CSS, c’est toujours bien pour votre notoriété. Variante : Ségolène Royal en Espagne ne devrait pas mal marcher non plus dans les prochains jours.

6. faites des listes à la con sur tout et rien, comme celle-ci. Genre, 10 façons de sélectionner un anti-puce pour son hamster, ou les 27 articles les moins intéressants de Télé 7 Jours, enfin vous voyez.

7. dites du mal d’Apple. Ou de Firefox. Ou de Linux. Ou dites du bien d’HADOPI. Balancez un gros troll bien poilu, et attendez les retombées nucléaires. Ne perdez pas votre temps avec Windows, tout le monde s’en fout.

Si avec ça votre blog ne décolle pas, ouvrez plutôt un tabac-presse.


Tags : blogueurs, Buzz, Umoure


Internet Scrabble Club
Le meilleur site pour jouer au Scrabble sur Internet !

Create your own free homepage with Jimdo

My Jimdo Friends